affamer


affamer

affamer [ afame ] v. tr. <conjug. : 1>
XIIe; lat. pop. °affamare, de fames « faim »
Faire souffrir de la faim en privant de vivres. Un blocus pour affamer la population. Donner une grande faim à. Cette marche m'a affamé.

affamer verbe transitif (italien affamare, du latin populaire affamare, latin classique fames, faim) Faire souffrir de la faim en privant de nourriture. Donner un grand appétit : La promenade a affamé les enfants.affamer (citations) verbe transitif (italien affamare, du latin populaire affamare, latin classique fames, faim) Alphonse Allais Honfleur 1854-Paris 1905 Ventre affamé n'a pas d'oreilles, mais il a un sacré nez. Le Chat noir La Table Ronde Jean de La Fontaine Château-Thierry 1621-Paris 1695 Ventre affamé n'a point d'oreilles. Fables, le Milan et le Rossignol Abu Djafar al-Mansur, deuxième calife abbasside ?-775 Affame ton chien, il te suivra ; engraisse-le, il te mangera. Sentence affamer (synonymes) verbe transitif (italien affamare, du latin populaire affamare, latin classique fames, faim) Faire souffrir de la faim en privant de nourriture.
Contraires :
- repaître

affamer
v. tr. Causer la faim en privant de nourriture. Affamer la population d'une ville assiégée.

⇒AFFAMER, verbe trans.
A.— Emploi trans.
1. Au propre
a) [Le suj. est un animé, l'obj. un animé ou un coll.] Ôter les vivres, faire souffrir de la faim par la privation de nourriture. Affamer un peuple, une armée, une nation :
1. Alors le Vercingétorix déclare aux siens qu'il n'y a point de salut s'ils ne parviennent à affamer l'armée romaine; ...
J. MICHELET, Histoire romaine, t. 2, 1831, p. 246.
2. Ils veulent, disent-ils, affamer le peuple de Paris, en le privant de travail; ...
STENDHAL, Lucien Leuwen, t. 1, 1836, p. 71.
3. Cyrus Smith ne pourrait évidemment pas résister à cinquante bandits, armés de toutes pièces, qui, soit en pénétrant de vive force dans Granite-House, soit en y affamant les assiégés, auraient raison d'eux.
J. VERNE, L'Île mystérieuse, 1847, p. 434.
4. Que nous ayons affaire ou non à une espèce de renards qui se laisseront affamer et crever de faim dans leur terrier, il reste que leur imagination, les ressources de leur esprit ne sont pas à la mesure de ce qui est; ...
F. MAURIAC, Journal 3, 1940, p. 282.
Affamer à mort. Laisser mourir de faim :
5. ... on les parquait [les hommes et les femmes] dans des hôpitaux où systématiquement on les affamait à mort.
S. DE BEAUVOIR, Les Mandarins, 1954, p. 297.
b) [Le suj. est un inanimé, gén. en parlant de l'air ou de toute cause extérieure agissant sur l'organisme] Causer, exciter la faim, l'appétit :
6. ... le grand air salin les avait affamés [Jeanne et le vicomte]...
G. DE MAUPASSANT, Une Vie, 1883, p. 36.
2. P. ext. Affaiblir, atténuer un effet par une quelconque privation :
7. La diète affame la maladie; mais elle affame bien plus encore la vitalité.
RASPAIL (Lar. 19e).
Affamer une écriture. La rendre plus déliée, plus maigre.
Vx. Affamer un habit, un ameublement. Épargner trop d'étoffe.
Rem. Ac. 1798 qui enregistre le sens précise : ,,En ce sens son usage le plus ordinaire est au participe.``
3. Sens techn.
a) ARBORIC., HORTIC.
Affamer une plante, un arbre. Les priver d'une partie de leur nourriture pour arrêter un plus grand développement du bois nuisible aux fleurs et aux fruits.
[En parlant d'un bourgeon, d'une plante...] Épuiser, effriter :
8. On dit : Ce bourgeon affame cette partie de l'arbre... Il se dit parfois des plantes épuisantes, de celles dont les racines enlèvent promptement au sol dans lequel elles sont placées les principes assimilables. Dans ce cas affamer est synonyme d'effriter.
E.-A. CARRIÈRE, Encyclopédie horticole, 1862, p. 10.
b) ARCHITECTURE
9. Affamer. — Terminer brusquement une moulure par une section oblique, plane ou courbe.
J. ADELINE, Lexique des termes d'art, 1884.
c) CONSTRUCTION
,,Affaiblir une pièce de bois, un bloc de pierre en le dégrossissant trop.`` (DG).
,,Diminuer une pièce de charpente dans un endroit où on veut pratiquer une mortaise, un trou de boulon.`` (DG).
d) PÊCHES. ,,Attirer, à l'aide d'un appât, le poisson à fleur d'eau, à l'endroit où le filet est tendu.`` (Lar. 19e).
Rem. Attesté ds BAUDR. Pêches 1827, Ac. Compl. 1842 et BESCH. 1845. BAUDR. op. cit. précise : ,,On emploie la résure, rave ou rogue pour bouetter, affaner ou affamer les sardines, c'est-à-dire pour les engager à s'élever du fond de la mer et à donner dans les filets qui dérivent à fleur d'eau.``
4. Au fig.
a) Rendre avide de, donner des désirs à quelqu'un en le privant de biens corporels, spirituels ou intellectuels :
10. Il faut aux femmes des couvents libres, asiles, ateliers temporaires, et que les couvents ne les affament plus.
J. MICHELET, Le Peuple, 1846, p. 355.
11. ... il la priva même, pour la mieux affamer, pour la mieux appauvrir, et faire plus dure sa privation, de la lecture des livres saints parmi les plus saints.
E. et J. DE GONCOURT, Madame Gervaisais, 1869, p. 229.
Affamer le cœur, l'esprit, l'intelligence :
12. « Établirez-vous une oligarchie de vingt monopoleurs pour affamer nos esprits? »
F.-R. DE CHATEAUBRIAND, Essai sur la littérature anglaise, t. 2, 1836, p. 27.
♦ Oppos. paradigm : affamer-appauvrir, privation (cf. ex. 11); affamer/altérer (F. JAMMES, Les Géorgiques chrétiennes, 1912, p. 78); nourrir, affamer/grandir, ravaler (E. VERHAEREN, La Multiple splendeur, t. 1, 1906, p. 111); mortifier/affamer (H. BREMOND, Hist. littéraire du sentiment religieux en France, t. 4, 1920, p. 566).
b) Priver quelqu'un de tout moyen de travail intellectuel :
13. Le malheureux prisonnier se vit enlever plumes, encre, livres; on voulait absolument l'affamer.
LA CHÂTRE t. 1 1865.
c) Fam. Affamer une table, les convives. Manger tout, ne rien laisser aux autres :
14. C'est un homme capable d'affamer toute une table.
BESCH. 1845.
B.— Emploi abs.
1. Faire souffrir de la faim par la privation de vivres (cf. A 1 a) :
15. « Les Prussiens! » Ils n'en avaient jamais aperçu, mais ils les sentaient là depuis des mois, autour de Paris, ruinant la France, pillant, massacrant, affamant, invisibles et tout-puissants.
G. DE MAUPASSANT, Contes et Nouvelles, t. 2, 1883, Deux amis, p. 189.
2. Causer, exciter la faim (cf. A 1 b) :
16. Un fort relent de friture, de stockfish, de saucisses chaudes bouillies, qu'on enveloppe dans un petit pain, de gaufres, de beignets, de mangeaille odorante, flottait et affamait davantage.
A. VAN DER MEERSCH, L'Empreinte du dieu, 1936, p. 110.
C.— Emploi pronom. S'affamer
1. Au propre
a) Être affamé. Souffrir de la faim :
17. Donc, elle [l'araignée] s'affame pour se nourrir, elle s'épuise pour se refaire, elle se maigrit sur l'espoir incertain de s'engraisser.
J. MICHELET, L'Insecte, 1857, p. 202.
Rem. Attesté ds Lar. 20e avec le même ex. cité en partie.
S'affamer de :
18. De même que ces gamines qui, sous le coup de la puberté, s'affament de mets altérés ou abjects, il en vint à rêver, à pratiquer les amours exceptionnelles, les joies déviées; ...
J.-K. HUYSMANS, À Rebours, 1884, p. 10.
b) Rare. Se laisser mourir de faim :
19. Prenez garde, Monseigneur, car je crois que votre fils s'affame.
A. DUMAS (La Châtre t. 1 1865).
2. P. ext. Tomber dans la misère, le dénuement :
20. Quelquefois le travailleur se trompera dans son calcul, ou bien, emporté par la passion, il sacrifiera un bien immédiat pour une jouissance prématurée, et après avoir sué le sang et l'eau, il s'affamera.
P.-J. PROUDHON (Lar. 19e).
3. Au fig.
a) [Le suj. est une pers.] Devenir plus avide :
21. Saccard s'affamait, sentait ses désirs s'accroître, à voir ce ruissellement d'or qui lui glissait entre les mains.
É. ZOLA, La Curée, 1872, p. 416.
b) [Le suj. est un inanimé abstr. (personnifié)] :
22. ... il savait, par expérience, que l'obscénité ne se tarit pas et que la luxure s'affame, à mesure qu'on l'alimente.
J.-K. HUYSMANS, En route, t. 1, 1895, p. 133.
D.— Emploi intrans., rare. Souffrir de la faim :
23. ... moi, je trafique, j'achète, je vends. Je suis utile. Par moi, les gens bouffent. Ceux de ta bande, ils affament.
A. VAN DER MEERSCH, Invasion 14, 1935, p. 320.
Rem. Résurgence littér. d'un sens bien attesté en a. fr. (cf. GDF. et T.-L.).
Prononc. ET ORTH. — 1. Forme phon. :[afame], j'affame []. Enq. :/afam/. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : affamant, affaméité, affamélite, affamement, affameur. Cf. faim. — Rem. FÉR. Crit. t. 1 1787 propose la graph. afamer avec un seul f.
Étymol. ET HIST. — 1115-1130 afamé, part. passé adj. « réduit à la faim » (Ph. DE THAON, Bestiaire, éd. Walberg, 1587 ds T.-L. : bien seit afamé, Treis jurz ait jëuné); 1re moitié XIIe s. « faire souffrir de la faim » (Li Charrois de Nymes, éd. Jonckbloet, 1451, ibid. :Devant VII anz ne seroit afamee [la cité]).
Étant donné l'existence de l'ital. affamare (XIIIe s.) et de l'a. prov. afamar, plutôt issu du lat. pop. affamare (< fames) que dér. de faim.
STAT. — Fréq. abs. litt. :97.
BBG. — BAILLY (R.) 1969 [1946]. — BAR 1960. — BAUDR. Pêches 1827 (s.v. affaner). — BÉL. 1957. — BÉNAC 1956. — BOISS.8. — BRUANT 1901. — CAPUT 1969. — CHABAT t. 1 1875. — DUP. 1961. — FÉR. 1768. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 32, 46, 75, 124, 283. — LAF. Suppl. 1878. — LAV. Diffic. 1846. — Le ROUX 1752. — PLAIS.-CAILL. 1958. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 423.

affamer [afame] v. tr.
ÉTYM. XIIe; du lat. pop. affamare, de ad- (→ 1. A-), et fames « faim ».
1 Réduire à la faim, par la privation de nourriture, de vivres. || Affamer un prisonnier, des assiégés. || Napoléon espérait par le blocus affamer l'Angleterre. || Affamer une ville, un peuple.Affamer à mort, jusqu'à la mort.
1 Quand Porsenna les affamait (les Romains) dans leurs murailles (…)
Bossuet, Disc. sur l'Hist. universelle, III, 6.
2 Robespierre, le 26 ventôse an II — 16 mars 1794, tonnait aux Jacobins contre ceux qui, en détruisant le commerce, voulaient affamer le peuple.
Brunot, Hist. de la langue franç., t. IX, II, p. 1177.
(Par exagér.). Donner beaucoup d'appétit à… || L'air vif de la montagne nous a affamés.
2 (Compl. n. de choses). a Par métaphore.« La diète affame la maladie » (adage).
b Fig. Techn. || Affamer un arbre : réduire l'apport de nourriture pour empêcher le développement trop important du bois.
Dégrossir à l'excès (une pièce, un bloc).
3 Fig. Priver, ne pas satisfaire les besoins de… || Affamer l'esprit, l'intelligence.Affamer qqn d'amour. → Affamé.
——————
s'affamer v. pron.
1 Se priver de nourriture jusqu'à être affamé. || S'affamer en faisant la grève de la faim.
2 Fig. Devenir plus avide.
3 (…) l'obscénité ne se tarit pas et (…) la luxure s'affame à mesure qu'on l'alimente.
Huysmans, En route, p. 85.
——————
affamé, ée p. p. adj. Voir à l'ordre alphabétique.
CONTR. Alimenter, assouvir, rassasier, repaître, satisfaire.
DÉR. Affamant, affamé, affameur.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • affamer — Affamer. v. a. Exciter la faim, Causer la famine. C est affamer un enfant que de luy donner si peu à manger. vous ne faites que l affamer en luy donnant si peu de pain à la fois. il mange tant qu il affame toute la table. Affamer une ville, une… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • affamer — AFFAMER. v. a. ter, retrancher les vivres, causer la faim. Affamer une Ville, une Place, une Province, tout un pays. Vous ne faites que l affamer en lui donnant si peu à manger. f♛/b] On dit figurément, en parlant d Un grand mangeur, qu Il affame …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • affamer — une ville, Famem inferre ciuitati …   Thresor de la langue françoyse

  • affamer — (a fa mé) v. a. 1°   Priver de vivres, faire souffrir de la faim. Affamer une ville, l ennemi. •   Quand Porsenna affamait les Romains dans leurs murailles...., BOSSUET Hist. III, 6. 2°   Terme de pêche. Attirer à l aide d un appât les sardines à …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • AFFAMER — v. a. Ôter, retrancher les vivres, causer la faim. Affamer une ville, une place, une province, tout un pays. Vous ne faites que l affamer en lui donnant si peu à manger. Fig. et fam., Il affame toute une table, se dit D un grand mangeur. AFFAMÉ,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • AFFAMER — v. tr. Réduire à la faim par la suppression des vivres. Affamer une ville, une place, une province, tout un pays. Vous ne faites que l’affamer en lui donnant si peu à manger. Le participe passé AFFAMÉ, ÉE, s’emploie aussi comme adjectif. Prov. et …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • affamer — vt. , donner faim : AFAMÂ (Albanais.001, Annecy, Thônes, Villards Thônes / Saxel.002), balyî fan (001). A1) affamer, faire crever de faim : afamâ vt. (...), fére // léssî affamer krèvâ d fan (001), afarâ (Cordon) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • affamé — affamé, ée [ afame ] adj. • fin XIIIe; de affamer 1 ♦ Qui souffre de la faim. Populations affamées (⇒ famine) . Loc. prov. Ventre affamé n a pas d oreilles : la personne qui a faim n écoute plus rien. Subst. « L effroyable misère des campagnes… …   Encyclopédie Universelle

  • affameur — affameur, euse [ afamɶr, øz ] n. • 1791; de affamer ♦ Personne qui affame le peuple, organise la famine, la disette. ● affameur, affameuse nom Personne qui affame en accaparant les denrées. affameur, euse n. Personne qui affame autrui. ⇒AFFAMEUR …   Encyclopédie Universelle

  • faim — [ fɛ̃ ] n. f. • XIe; lat. fames 1 ♦ Sensation qui, normalement, traduit le besoin de manger. Manger sans faim ni appétit. Avoir faim, très faim (fam.), grand faim (littér.). Je n ai plus faim. « Avoir faim [...] c est avoir conscience d avoir… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.